Bienvenue sur le forum "Mont Blanc Chamonix".
Inscrivez vous pour participer, et avoir accès à toutes les fonctions.
C'est facile et gratuit.

Mail de confirmation de votre inscription : Surveiller votre boite Spam.

Nous vous demandons une petite présentation individuelle après votre inscription comme nouveau membre, avant de poster vos messages, c'est ici :
http://montblanc-chamonix.forumgratuit.fr/f4-accueil-et-presentations-news-du-forum
Faites nous part de vos sorties : Ski, Snow, Alpinisme, Randos, Escalade, Vol libre etc... Vos photos et Vidéos.

Dictionnaire de la glaciologie

Partagez
avatar
Admin
Admin

Messages : 3762
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Massif du Mont Blanc

Dictionnaire de la glaciologie

Message  Admin le Ven 29 Avr 2011 - 17:42

Dictionnaire de la glaciologie :

ablation
Fonte de surface du glacier.

accumulation
Apport de neige, avalanches.

Antarctique
Continent de l'hémisphère austral recouvert de glace et entouré de banquise. Pôle Sud.

Arctique
Océan et terres de l'hémisphère austral. Pôle Nord.

bédière
Eau de fonte à la surface du glacier qui y creuse un ruisseau avec un débit qui peut être important.

bloc erratique
Blocs de rochers transportés par le glacier et déposés par la suite.

calotte glaciaire
Forte épaisseur de glace recouvrant de vastes régions.

crevasse
Fentes dans le cours du glacier, provoquées par le déplacement du glacier sur un lit rocheux irrégulier, et le déplacement du glacier.

cryoconite
Poussières et matières organiques que l'eau entraine dans des creux, qui s'approfondissent par échauffement sous le rayonnement solaire, ces dépôts étant sombres.

débâcle
Eau abondante libérée par le glacier, poche d'eau qui se libère.

dôme glaciaire
Sommet ou dôme montagneux (Du Goûter) couvert d'une petite calotte de glace.

embâcle
Blocage d'un cours d'eau par de la glace.

farine glaciaire
Limons provoqués par le raclage du glacier (ou l'effet "Karsher" de k'eau), qui transforme la roche en particules très fines.

flux géothermique
Chaleur émise par la croûte terrestre.

foirage ou surge
Vitesse inhabituelle de glissement d'un glacier.

front
Extrémité inférieure d'un glacier.

glace de regel
Eau de fonte qui sous l'influence du gel retourne à l'état de glace.

glace morte
Partie de glace isolée, séparée du glacier lors du recul de celui ci..

glacier de piémont
Glacier qui s'écoule sur une plaine ou une vallée plus large.

glacier froid
Glaciers dont la masse de glace est à moins de 0°C toute l'année.

glacier noir
Glacier recouvert d'une couche de moraine.

glacier rocheux
Glacier enterré sous une couche de roches qu'il transportait.

glacier suspendu
Glacier qui reste en suspens dans une pente forte, retenu par le gel, et qui casse dans cette pente.

glacier tempéré
Glacier aux alentours de 0° l'été, et qui subit une fonte assez importante.

inlandsis
Glace de l'intérieur des terres, Groenland, une calotte très importante recouvrant parfois un continent.

iceshelf
Plateforme glaciaire se détachant du continent et partant à la dérive sur l'Océan.

icestream
Fort courant de glace plus rapide que le glacier dans son ensemble, ou son voisin.

ligne d'équilibre
Ligne de l'altitude où la fonte annuelle équilibre l'accumulation annuelle.

ligne de névé
Ligne de l'altitude où se trouve la limite de la neige qui persiste l'été.

moraine
Débris de rochers transportés par le glacier, provenant du raclage du glacier sur ses bords ou à l'avant, et ensuite transportés sur le glacier ou déposés sur ses bords.

moulin
L'eau d'une bédière qui s'engouffre dans une crevasse, et forme un puits parfois important.

névé
Neige persistante, et transformée par densification au fil de l'été.
percolation
Eau qui s'écoule en pénétrant à travers les couches non imperméables de la neige.

rimaye
Grande crevasse au pied d'une paroi, au sommet d'un glacier. Limite entre la couche de neige ou de glace collée au rocher, et celle du glacier proprement dit, pouvant mesurer plusieurs dizaines de mètres de profondeur.

sérac
Bloc de glace qui se détache du glacier sous l'effet de le pente, et qui est en équilibre jusqu'au jour où la gravité ou la fonte le font tomber en se brisant.

stries glaciaires
Marques provoquées par le frottement de roches dures prises dans la glace sous le glacier.

vêlage
Détachement de blocs de glace du front d'un glacier, si c'est dans l'eau ce sont des Icebergs.

Extrait de cette page du site


_________________
Mon site : http://www.glaciers-climat.fr/
Notre chaine Viméo : https://vimeo.com/channels/chamonix
avatar
Xavier
Etoile d'or
Etoile d'or

Messages : 285
Date d'inscription : 09/04/2011
Localisation : Ain

Re: Dictionnaire de la glaciologie

Message  Xavier le Mar 3 Mai 2011 - 21:08

Michel a écrit:

glacier rocheux
Glacier enterré sous une couche de roches qu'il transportait.

[/url][/b]

Je ne suis pas un spécialiste mais je me demande si "glacier enterré" est une définition adaptée.
Pour moi un glacier rocheux ce sont des roches entourées de glace et avec éventuellement quelques zones de glace pure. De plus il peut prendre naissance même sans la présence antérieure d'un "vrai" glacier qui serait devenu noir puis glacier rocheux.
J'attends l'avis des spécialistes!

Autre question, je n'ai pas bien saisi la différence entre ligne d'équilibre et ligne de névé?
avatar
Admin
Admin

Messages : 3762
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Massif du Mont Blanc

Re: Dictionnaire de la glaciologie

Message  Admin le Mar 3 Mai 2011 - 21:38

Xavier a écrit:Je ne suis pas un spécialiste mais je me demande si "glacier enterré" est une définition adaptée.
Pour moi un glacier rocheux ce sont des roches entourées de glace et avec éventuellement quelques zones de glace pure. De plus il peut prendre naissance même sans la présence antérieure d'un "vrai" glacier qui serait devenu noir puis glacier rocheux.
Bonsoir Xavier.
C'est vrai que le terme "glacier enterré" est un peu réducteur.
Je te mets la définition de Wikipédia qui est assez précise et détaillée.

Un glacier rocheux est une masse de débris rocheux mélangés à de la glace se déplaçant à très faible vitesse (quelques centimètres à quelques mètres par an) sur un versant. Sur plusieurs milliers d'années, ce déplacement engendre une morphologie semblable à une coulée de lave, atteignant parfois plusieurs kilomètres de long, particulièrement repérable dans les paysages de montagne. Le terme prête parfois à confusion avec ceux de glacier et de glacier couvert, dont il se différencie toutefois par une morphologie, une structure interne et une évolution au cours du temps différentes.

Bien que l'origine et le fonctionnement des glaciers rocheux sont encore débattus, il est largement accepté qu'ils sont l'expression visible de la présence de pergélisol, en particulier dans les montagnes relativement sèches où les glaciers sont peu présents. L'origine des matériaux rocheux (éboulis ou moraine) est souvent beaucoup plus claire que celle de la glace, qu'il est assez rare d'observer (étant enfouie sous plusieurs mètres de débris rocheux plus ou moins grossiers) et dont l'origine est souvent discutée (hypothèse glaciaire ou périglaciaire).

Selon la topographie (fond de vallée, versant raide…), la géologie (fourniture de débris rocheux), le climat et la présence ou non de glaciers, l'approvisionnement des glaciers rocheux en débris et en glace peut varier selon les lieux et au cours des temps, et conduire à trois types de morphologies : un type lobé où la largeur est supérieure à la longueur ; un type spatulé et le type le plus courant en langue qui se localise uniquement en fond de vallée.

L'activité des glaciers rocheux (en particulier leur mouvement) est dépendante des conditions climatiques, et les travaux scientifiques les plus récents montrent que, dans les Alpes, ils semblent avoir réagi par une accélération à l'augmentation des températures au cours des deux dernières décennies. Certains glaciers rocheux présentent par ailleurs des signes de déstabilisation plus ou moins importants, signes probables de la dégradation du pergélisol qu'ils contiennent.



Photo Xavier Bodin DoctorantUMR 5194 PACTE, CNRS/Université Joseph Fourier, Grenoble

Autre question, je n'ai pas bien saisi la différence entre ligne d'équilibre et ligne de névé?
C'est la ligne d'équilibre qui est la plus utilisée par les glaciologues. Elle est calculée de manière précise par leurs relevés. C'est le rapport entre l'accumulation neigeuse de l'année, et la fonte due à l'ablation. Elle remonte actuellement régulièrement, et c'est là le gros problème des glaciers.
La ligne de névés, c'est plutôt une observation visuelle, qui peut varier fortement d'une année sur l'autre en fonction des chutes de neige de l'hiver, plus ou moins abondantes, mais il n'y a aucun calcul à ce sujet.
Sur un glacier la limite des neiges persistantes n'étant plus vraiment du névé, mais un glacier couvert, on parle donc de ligne d'équilibre. Le névé lui, repose sur le sol sans glace.

Si quelqu'un a de meilleures réponses, n'hésitez pas.


_________________
Mon site : http://www.glaciers-climat.fr/
Notre chaine Viméo : https://vimeo.com/channels/chamonix

Contenu sponsorisé

Re: Dictionnaire de la glaciologie

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc 2017 - 1:36