Forum Mont Blanc Chamonix

Bienvenue sur le forum "Mont Blanc Chamonix".
Inscrivez vous pour participer, et avoir accès à toutes les fonctions.
C'est facile et gratuit.

Mail de confirmation de votre inscription : Surveiller votre boite Spam.

Nous vous demandons une petite présentation individuelle après votre inscription comme nouveau membre, avant de poster vos messages, c'est ici :
http://montblanc-chamonix.forumgratuit.fr/f4-accueil-et-presentations-news-du-forum
Forum Mont Blanc Chamonix
Faites nous part de vos sorties : Ski, Snow, Alpinisme, Randos, Escalade, Vol libre etc... Vos photos et Vidéos.

Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique.

Michel Chx
Michel Chx
Admin

Messages : 3843
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Massif du Mont Blanc

Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 Empty Re: Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique.

Message  Michel Chx le Mer 22 Mai 2013 - 8:51

Voir ici à propos des glaciers : vers-la-fin-du-recul-des-glaciers-a-moyen-terme ?

Benoit Rittaud donne son avis sur le réchauffement climatique.


Benoit Rittaud.
Mathématicien.
Maître de conférences à l'université Paris-XIII, Benoît Rittaud est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le Mythe climatique, publié aux édition du Seuil en 2010.


_________________
Mon site : http://www.glaciers-climat.fr/ Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 AccueilMini
Notre chaine Viméo : https://vimeo.com/channels/chamonix
Ma chaine Zapiks : https://www.zapiks.fr/profil/michel-chx/
Michel Chx
Michel Chx
Admin

Messages : 3843
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Massif du Mont Blanc

Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 Empty Re: Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique.

Message  Michel Chx le Mer 22 Mai 2013 - 15:54

Laurent Cabrol va bien dans le même sens.


A noter que par le passé il y a déjà eu de petits paliers, mais celui ci semble bien marqué, et surtout va à l'encontre de toutes les projections de GIEC faites depuis plus d'une décennie.


_________________
Mon site : http://www.glaciers-climat.fr/ Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 AccueilMini
Notre chaine Viméo : https://vimeo.com/channels/chamonix
Ma chaine Zapiks : https://www.zapiks.fr/profil/michel-chx/
Michel Chx
Michel Chx
Admin

Messages : 3843
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Massif du Mont Blanc

Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 Empty Re: Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique.

Message  Michel Chx le Sam 29 Juin 2013 - 10:43

Le réchauffement climatique en panne ? (Fred Decker)

Des températures très régulièrement inférieures aux normales en France et sur une partie de l'Europe Occidentale depuis mi-janvier... Des chutes de neige remarquables en Nouvelle-Zélande... Des flocons tardifs il y a quelques semaines en Russie... Le réchauffement climatique serait-il "en panne" ?

Depuis mi-janvier, la France connaît des températures basses de façon quasi-continue, en dehors d'une deuxième quinzaine d'avril douce et de deux courts pics de chaleur en juin. D'importantes chutes de neige viennent de paralyser une partie de la Nouvelle-Zélande, alors que des flocons tardifs voltigeaient mi-juin dans le nord de la Russie. Les signes d'un arrêt du réchauffement climatique, voire d'un bouleversement plus grand encore ?

Depuis janvier, des anomalies thermiques négatives plus ou moins importantes concernent en effet l'Europe Occidentale, la Russie, une grande partie de l'Amérique du Nord ainsi que le Japon. Un hiver froid suivi d'un printemps paresseux expliquent ces déficits assez marqués.

Dans le même temps, au contraire, le Groenland, l'Islande, le Québec, le sud-est de l'Europe, le Proche-Orient, le centre et le sud de l'Asie, l'Australie, l'Afrique et une grande partie de l'Amérique du Sud ont connu des températures supérieures aux normales (l'Islande a d'ailleurs connu son hiver le plus doux depuis les premiers relevés météo datant du XVIIIe siècle). Ces anomalies récurrentes ont été en grande partie la conséquence des boucles stagnantes du courant jet, trop au sud (générant donc de l'air froid) sur certaines zones (Ouest de l'Europe, Canada et Etats-Unis, est de la Russie) et trop au nord sur d'autres (Québec et Groenland, Proche-Orient, Chine). L'hémisphère Nord a ainsi connu des contrastes thermiques intenses, à la fois très négatifs et largement excédentaires selon les régions, au gré des boucles du jet.

Si un tel phénomène de blocage est relativement rare, il n'est pas inédit et fait partie de la variabilité naturelle du climat de notre planète, se produisant tous les 5 à 10 ans. Et nul doute que ces "boucles" finiront par évoluer, distribuant différemment la chaleur d'ici peu dans l'hémisphère Nord.

Outre ces "boucles", le froid tardif et le manque d'ensoleillement ont freiné le réchauffement des eaux de surface des mers autour de l'Europe Occidentale, ce qui pourrait expliquer ces températures. Rappelons toutefois que les eaux de surface sont à peine plus chaudes début juin 2013 par rapport à début juin 2006. En 2006, l'important déficit thermique de l'eau de mer n'a pas empêché la France de connaître son mois de juillet le plus chaud depuis les premiers relevés météo en 1658, se hissant même au niveau d'août 2003 !

Les températures globales à l'échelon mondial des cinq premiers mois de l'année dégagent un excédent de 0,59 degrés, huitième valeur la plus forte sur cette période de l'année derrière 2010, 2007, 1998, 2002, 2005, 2004 et 2003. 2013 se situe même au-dessus des années 2012 et 2011 jusqu'à présent. Nous restons donc largement dans la tendance de ces dernières décennies (même si cela ne se voit pas à l'échelon de la France, donc localement, cette année) avec un début d'année (5 premiers mois) chaud. La décennie 2000-2010 a par ailleurs été la plus chaude mesurée depuis au moins 400 ans en France, avec une année record de chaleur établie en 2011 (qui avait battu 2003 qui avait battu 1994...).

Si le réchauffement, anthropique ou naturel ou une combinaison des deux, a été globalement moins important que prévu initialement par les modèles climatiques au cours de la dernière décennie, il s'est confirmé. Et la théorie du réchauffement "par pallier" évoqué par certains scientifiques pourrait même prendre tout son sens aux vues des dernières tendances.

Rappelons que l'année la plus chaude sur Terre est 2010, suivie de 2005 et 1998.

Les modèles numériques climatiques ont leurs limites. Certaines variations naturelles pourraient quelque peu bousculer les tendances émises par les instituts climatiques, telles que l'activité solaire ou des éruptions volcaniques intenses, susceptibles de stabiliser voire de refroidir l'atmosphère terrestre. L'avenir nous le dira.

Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 Actu280613


_________________
Mon site : http://www.glaciers-climat.fr/ Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 AccueilMini
Notre chaine Viméo : https://vimeo.com/channels/chamonix
Ma chaine Zapiks : https://www.zapiks.fr/profil/michel-chx/
lomdumtblanc
lomdumtblanc
Pulsar
Pulsar

Messages : 2147
Date d'inscription : 05/05/2011
Localisation : Les Houches

Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 Empty Re: Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique.

Message  lomdumtblanc le Sam 29 Juin 2013 - 19:33

Ben oui, la T° doit être mesurée à l'échelle du globe et pas sur un tout petit bout de territoire non représentatif! Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 3590604002 

Contenu sponsorisé

Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique. - Page 3 Empty Re: Fluctuations naturelles et réchauffement antrophique.

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 22 Sep 2019 - 19:09